Compte rendu Championnat du monde MTBO 2014

Par Clément SOUVRAY                  Lien vidéos

podium 2 MTBO 2014

Retour sur des championnats du monde de course d’orientation à VTT réussis pour l’équipe de France.
Ces championnats n’avaient pourtant pas bien commencé pour nous. En effet, avant même
d’arriver en Pologne, je restai bloqué en France, dans le train entre Chambéry et Lyon et loupais mon vol pour Varsovie. Gaëlle et Baptiste, embarqués de justesse suite à des difficultés d’enregistrement, sont arrivé à Varsovie sans un de leurs sacs (perdu dans l’aéroport de Paris CDG), qui arrivera une semaine plus tard. Quand à Laure, elle aura attendu son VTT 2 jours, luis aussi perdu entre Paris et Varsovie.
Nous commençons notre déplacement par un stage d’acclimatation de quelques jours, nous permettant de refaire un peu d’intensités physique et de remettre en place nos automatismes en orientation sur des terrains caractéristiques de la Pologne, et de nous habituer à nos conditions d’hébergements et d’alimentation.
Nous en profitons pour effectuer les derniers réglages : choix des pneumatiques, repérage de la cyclabilité, de la cartographie, de la densité de végétation, du relief … Il est important de rappeler ici que toutes les zones de courses ainsi que les cartes servant lors des championnats sont inconnues et interdites aux coureurs avant leur départ : seuls des terrains similaires nous sont proposés à l’entraînement.
Les choses sérieuses commencent le dimanche 24 Août avec une course modèle, représentative des terrains que nous allons rencontrer pour les championnats. Elle nous permet de nous familiariser avec la procédure de départ, le type de postes posés en forêt, l’organisation de l’arrivée…
Le lundi 25 Août, en ouverture, les organisateurs nous ont proposé un Relais Mixte en format sprint. Cette course non officielle ne donnera pas lieu à la remise d’un titre mais toutes les grandes nations sont présentes. Elle constitue donc une bonne mise en jambes pour évaluer les forces en présence. Les équipes sont composées d’un homme et d’une femme qui doivent effectuer 2 tours chacun, de 10 minutes environ. La France prend une seconde place sur cette épreuve, avec le duo Hana GARDE / Cédric BEILL. L’équipe de France dispose de seulement 3 femmes (pour 5 hommes), je réalise donc cette épreuve dans une équipe 100% homme sans être classé.
Après la mise en jambe de la veille qui nous a bien mis en confiance, nous nous attaquons à la première course officielle, le Sprint. Il a lieu dans une forêt et un parc en bordure de ville. Un gros réseau de chemins rend l’orientation particulièrement complexe, d’autant plus que la pluie n’a pas cessé de tomber depuis la veille. Nous nous retrouvons alors face à des chemins détrempés et boueux rendant le pilotage et la lecture de carte extrêmement complexe.
Chez les français, les meilleurs sont Yoann (13ème) et Gaëlle (8ème). Le Sprint n’étant pas ma spécialité, je fini 34ème en étant satisfait de ma course.
Le lendemain, la Moyenne Distance se déroule sur un terrain plus vallonné, rendant alors
essentielle la prise en compte du dénivelé dans le choix des itinéraires. Le tracé présentait de longs postes à postes en début de course (nous mettant dans le rouge physiquement), puis une zone très technique pour les 2 derniers tiers de la course (nécessitant une orientation plus fine et plus précise). Cette zone présentant un réseau de chemin très dense m’aura posée bien des problèmes en orientation. Rattrapé par un italien, je prends la 16ème place, avec le sentiment de ne pas pouvoir faire mieux sur ce type de terrain. Le premier ffrançais est Cédric avec une 6ème place, et les filles sont toutes les trois dans les 13 premières.
Avant la longue distance le jour de repos nous a permis de remettre en état les VTT et de rouler tranquillement sur une carte proche de notre hébergement, à l’échelle de la course du lendemain (1/15000ème).
Mon format de prédilection arrive enfin, avec la Longue Distance. Bien que serein et confiant avant mon départ, la première partie de course (assez roulante) fut difficile, avec l’impression de ne pas être dans le coup physiquement et avec de trop nombreuses approximations en orientation dans les zones les plus techniques. Je me rattrape sur la deuxième moitié de course, en réalisant une orientation bien meilleure et en retrouvant un bon rythme de pédalage. Je termine finalement en ayant tout donné physiquement, à la 6ème place (à 1 seconde seulement de la 5ème), avec le sentiment de pouvoir faire mieux (notamment en début de course). Je suis tout de même satisfait de cette performance, qui égale mon meilleur résultat international. Baptiste termine vis-champion du monde et Cédric 10ème, ce qui nous rend surmotivé pour le relais du lendemain.
Retour sur l’épreuve du relais H21
Après les bons résultats de la veille (en longue distance où nous sommes tous les trois rentrés dans le TOP 10), nous avions à coeur pour le relais de réaliser une belle course collective, afin de finir ces championnats du monde en beauté.
La tâche s’annonçait dure puisque les Russes, les Tchèques, les Finlandais et les Estoniens présentaient également des équipes dont l’ensemble des membres étaient capables de rentrer dans les dix premiers sur des compétitions individuelles.
La première difficulté a été la composition du relais. Qui pour le départ ? Qui pour finir ? Après une longue discussion avec l’encadrement technique, nous sommes restés sur nos habitudes de placements.
Baptiste FUCHS s’élance pour le premier relais. Le rythme de la première boucle n’étant pas très rapide, il reste en contrôle et anticipe la fin du parcours. Cela fût payant, car il a pu affiner ses choix d’itinéraire sur la deuxième moitié du circuit, et me passe le relais en première position, 20 secondes devant la République Tchèque et l’Estonie.
Le choix 11-12 par le chemin du nord permet à Baptiste de prendre la tête de la course lors du premier relais. Lors de la seconde boucle, je réalise le choix au Sud, et perds la première place.
Je pars donc serein pour la deuxième boucle, en assurant au maximum mon orientation. Je réalise cependant un choix différent de baptiste pour le poste n°12, et perd alors le contact avec la tête de course. Je donne mon relais en 3ème position, tout en restant à 1 minute environ du groupe de tête constitué de la Finlande et de l’Estonie. Derrière, la Russie pointe à 1’30 mais le dernier relayeur est Anton Foliforov, déjà médaillé à 3 reprises en individuel sur ces championnats.
Le suspense est à son comble lorsque la Russie rattrape Cédric BEILL, ultime relayeur français. Sur le suivi GPS (en live sur écran géant), nous voyons le russe prendre l’ascendant. Mais pris de vitesse par sa folle remontée, il oublie de passer au poste n°24 sur la fin du parcours. Cédric, ayant perdu le contact du russe à ce moment là, ne réalise pas cette erreur.
La dernière boucle technique et le poste n°24, oublié par le russe Anton Foliforov
Le Russe est obligé de retourner en forêt pour valider la balise oubliée avant de franchir la ligne d’arrivée, et la France en profite pour repasser devant. En tête de course, l’Estonie assure la victoire, et la Finlande la seconde place. Cedric termine sa boucle sans pression et franchi la ligne d’arrivée en 3ème position.
Médaille de bronze pour la France, acquise suite à un suspense infernal.
Bilan
L’équipe de France Senior repart donc de ces championnats du monde 2014 satisfait, avec 2 médailles (argent en LD pour Baptiste et bronze en Relais), deux petit podium (Cédric 6ème sur la MD et moi 6ème sur la LD), 5 TOP 10 (Gaëlle sur ces 3 courses individuelles, Baptiste en MD et Cédric en LD) et un podium (3ème) au classement général de la coupe du monde des nations.

podium 1 MTBO 2014
Les prochains championnats du monde se dérouleront en République Tchèque (terre du sacre de l’équipe de France en relais en 2007), et au Portugal en 2016 (terre de mes meilleurs résultats internationaux, en 2010), sur des terrains qui me conviennent mieux (avec d’important dénivelé). De quoi me motiver pour encore deux ans de sport de haut niveau (au minimum… ), et avec 3 Français et 3 Françaises dans les 20 meilleurs mondiaux au classement World Ranking, vivement 2015 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 5 =