A l’assaut du Pic de Nore

La DEVAL’NORE et la CAP NORE :                             Galerie photo

Un peu d’histoire :

Le Pic de Nore, altitude 1210 m, était au Moyen-Age et jusqu’au début du siècle, une réserve de glace destinée à la cité médiévale de Carcassonne. Sur certaines photos ou vidéos vous pourrez voir les traces des chariots dans la roche (des ornières dans le granit …) sur lesquelles nous allons évoluer au cours de ces deux jours

Certains vététistes étaient déjà venus en 2013.

Pour cette 22ème édition, dix « warriors » des plaines sont venus affronter la moyenne montage. Philipe Blanchard avait tout prévu au niveau de l’intendance (transport, hébergement, nourriture, boissons, jusqu’au PQ …). Merci également à François Bienvenut pour la camionnette.

L’accueil est toujours très chaleureux à Villegly avec une escouade de bénévoles qui ont la banane en permanence, on retire les plaques, on déjeune avant 13h00 les sandwiches préparés le matin.

1er jour : La Deval’ Nore (30 km, 1300m de D –  et 400 m de D+)

Après le chargement des vélos sur les camions navette, nous embarquons dans les bus pour grimper au Pic de Nore. Départ vers 14h00 pour cette 2ème vague de 250 vététistes, et c’est parti pour une descente de oufs (voir les vidéos sur le site www.capnore.com) avec des marches impressionnantes, des singles sur les crêtes et quelques petites remontées quand même tout près des éoliennes qui font énormément de bruit. Les freins ont bien chauffés et les fourches ont bien débattues et les pilotes sont fourbus. Le soir détente autour d’une paëlla tip-top préparée par le camping.

 

2ème jour : La Cap Nore (65 km, 2200m de D + et 85 km, 2600 de D+)

Départ à 7h00 du camping, départ vers 8h00à Villegly , on se sépare sur les différents circuits et c’est parti pour 35 km/50 km de montée et quelques descentes quand même vers le Pic de Nore que nous atteindrons après un « faux plat » de 7 km (tout à gauche pendant plus d’une heure et demi).

Enfin le relais du Pic de Nore est en vue (enfin juste la base) car il y a une tramontane d’enfer et on est dans un brouillard à couper au couteau avec à 10°seulement, en manches courtes çà caille !

Et on repart sur le parcours de la Deval’ Nore, un peu moins vite mais c’est toujours du pur plaisir.

Retour au camping après que tout le monde soit arrivé (avec quelques chutes mais rien de grave), les visages sont marqués par l’effort intense, on apprécie la piscine pour le retour veineux et les grillades bien arrosées.

Lundi matin, retour vers les mornes plaines avec une étape gourmande à Limoges (Les tables du Bistrot), merci à Richard pour cette belle adresse.

 

Merci à Philippe Bourlier pour ce superbe compte rendu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − treize =